ActionAid France Peuples Solidaires agit pour les droits et contre la pauvreté dans le monde.

Travail domestique : témoignage d'une syndicaliste engagée

Vendredi, May 25, 2018 - 14:12

Sylvie Fofana est à la fois présidente de l'association des salariés du particulier employeur en Côte d'Ivoire (ASPE-CI) et fondatrice du syndicat des auxiliaires parentales en France. Elle témoigne ici de son engagement pour les droits des travailleuses domestiques.

Qui sont les travailleur·se·s domestiques en Côte d'Ivoire ?

Ce sont pour la plupart des femmes et 22,6% sont des mineures de moins de 18 ans. Or il est bon à savoir que le législateur ivoirien fixe à 21 ans l'âge minimum pour l'exercice d'un emploi. Cet âge est aussi celui de la majorité civile selon le code civil ivoirien.

Qui sont leurs employeur·se·s ?

Ce sont des familles, dont des familles monoparentales.

Quelles sont leurs conditions de travail ?

Les travailleur·se·s domestiques ont des conditions difficiles de travail, car elles·ils sont debout à l'aurore et sont les dernier·ère·s à se coucher dans la maison. La plupart d'entre elles·eux ne sont pas déclaré·e·s à la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS). Ils·elles n'ont donc droit à aucune protection sociale.

Pourquoi ?

À cause de la distance entre leur lieu de travail et leur habitation, les familles leur imposent de dormir sur le lieu du travail, ce qui les rend corvéables à merci. Consernant la déclaration à la sécurité sociale, les employeur·se·s disent qu'elles·ils n'ont pas les moyens de déclarer le personnel de maison. Et certain·e·s employeur·se·s disent qu'elles·ils ne peuvent pas payer au SMIG leur personnel de maison sous prétexte qu'elles·eux-mêmes ne sont pas bien rémunéré·e·s.

Comment peut-on changer ces conditions de travail ?

Pour changer ces conditions il faudra à tous les coups que la Côte d'Ivoire ratifie la convention 189 de l'Organisation Internationale du Travail (OIT). Cela permettra aux travailleurs domestiques d'avoir droit à une vie décente.

Sylvie Fofana est Chevalière de l'ordre du Mérite français, Officier de l'ordre du Mérite ivoirien, Présidente d'honneur du syndicat des auxiliaires parentales de France, Ambassadrice mondiale de Paix, Membre permanent du comité d'orientation du laboratoire de l'Egalité, Présidente fondatrice de l'ASPE-CI.